Émancip(ens)e : penser l’émancipation en droit privé

Le Groupe de Réflexion en droit privé et le groupe de recherche sur les Humanités juridiques ont le plaisir de vous annoncer leur cycle de conférences 2021-2023. Ce cycle met en place des ateliers permettant aux chercheurs et chercheuses invité.es de présenter leurs travaux en cours sous la forme de « work in progress ».

L’émancipation consiste à affranchir une personne (enfant, esclave, serf) d’un pouvoir tutélaire. D’un point de vue métaphorique, s’émanciper, c’est trouver la liberté. En droit civil contemporain, elle revêt un sens technique précis et s’applique aux mineurs, incapables juridiquement. L’atteinte de la majorité orchestre le passage quasi-magique du mineur du monde juridique des personnes incapables à celui des personnes capables. L’émancipation, anticipant l’âge de la majorité, leur permet alors de s’affranchir de l’autorité parentale sous laquelle le droit civil les avait placés. Cette disjonction entre l’âge chronologique et l’âge statutaire attachée à l’émancipation des mineurs révèle un phénomène présent dans toute opération juridique.

Mais l’émancipation évoque aussi plus largement les idées de liberté, d’indépendance, d’autonomie ou de libération. S’émanciper, c’est rompre les contraintes imposées. Nul besoin d’être mineurs pour s’affranchir de l’autorité établie. Pensons à la femme, au consommateur, à l’animal, à la rivière, au genre mais également au mariage, à la filiation ou à la mort. Ne pourrions-nous également imaginer l’émancipation de la propriété, du contrat, du droit subjectif, ou même celle du droit civil...

L’émancipation permet de s’intéresser aux relations de pouvoirs entre l’émancipé et celui qui exerce son autorité, laissant apparaître les enjeux sociaux du droit privé. Elle permet aussi de penser l’âge adulte de certains enjeux ou concepts juridiques contemporains qui frontalement ou imperceptiblement cherchent à s’émanciper des carcans établis.

Ce nouveau cycle de conférences sera l’occasion de nous interroger sur les enjeux juridiques et sociaux de l’émancipation, et de questionner son effet libérateur.


CYCLE 2021-2022


26 novembre 2021, 13h00
Régine Tremblay (professeure, University of British Columbia),

Maman, « Comment on fait les bébés », Sexe, droit et filiation.

 

10 décembre 2021, 13h00
Jessica Leblanc, (chargée de projet, TIESS),

Étude sur l’existence affranchie du commerce juridique en droit civil québécois

 

28 janvier 2022, 13h00
Dominique Goubeau (professeur, Université Laval),

L’émancipation au Québec

 

25 février 2022, 13h00
Alexandra Popovici (professeure, Université de Sherbrooke),

L’éloge de la déchéance

 

18 mars 2022, 13h00
Jean-Frédéric Ménard (professeur, Université de Sherbrooke),

Émancipation et aide médicale à mourir pour les mineurs

 

8 avril 2022, 13h00
Lionel Smith (professeur, Université McGill),

La mancipatio

 

13 mai 2022, 13h00
Emmanuel Jeuland (professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),

Délier la théorie relationniste

 

******
Les conférences seront présentées sur Zoom.
Les détails de chaque conférence seront annoncés ultérieurement.

Veuillez prendre note que suite aux nouvelles directives du Barreau du Québec, il appartient aux praticiens de déclarer leurs heures et de sélectionner les formations qui répondent aux critères de la formation continue. Les notaires qui le demanderont recevront une attestation de formation de 1h30 pour chaque conférence.

Ce cycle de conférences bénéficie du soutien financier de la Faculté de science politique et de droit de l'UQÀM.