(R)évolution

Les fondements du droit civil en mouvement

Soucieux de montrer que le droit civil est indissociable des préoccupations quotidiennes et essentielles de la vie des citoyens, le Groupe de réflexion en droit privé développe une perspective engagée du droit privé en replaçant sa fonction sociale au cœur de sa mission, sans oublier que la force créatrice du droit privé découle d’une meilleure compréhension de ses fondements.

Analyser les concepts et principes généraux du droit civil à l’aune des transformations de la société permet de les évaluer, de les dépoussiérer, de les revisiter et de les renouveler afin de les inscrire dans une approche plus contemporaine. Intangibles mais non immuables, les piliers issus du droit romain, qui gouvernent encore la structure du code civil, loin d’être un frein à leur évolution, permettent au contraire d’appréhender la richesse de leur (r)évolution.

Le Groupe de réflexion en droit privé constitue une communauté de chercheurs du Québec et d’ailleurs qui partagent le souci d’ancrer le droit privé dans une perspective dynamique.

Mot de la directrice

(R)évolution. Parce que le droit civil est à la fois stabilité et renouvellement, tradition et mouvement, cycle et crise, évolution et révolution.

Le GRDP repose sur une communauté. Des communautés plus exactement. Communautés de chercheurs, de traditions et de concepts.

Une communauté de chercheurs qui questionnent les fondements du droit privé et bousculent les frontières des catégories juridiques pour penser les transformations de la société.

Une communauté de traditions qui tissent des relations pour défendre des valeurs humaines partagées.

Une communauté de concepts qui structurent le droit civil, organisent les relations individuelles et collectives des individus entre eux et participent à la construction de notre société.

 Gaële Gidrol-Mistral

Contexte

La société libérale est en crise et le droit privé n’échappe pas à ce mouvement.

Marchandisation, dégradation de l’environnement, avancées biotechnologiques, sensibilité animale, intelligence artificielle pénètrent et bousculent les catégories du droit civil.

Ces bouleversements sociétaux remettent en cause les structures juridiques modernes du droit privé et questionnent la pertinence de ses concepts et notions fondamentales.La personne, la famille, la propriété, les biens, la relation contractuelle ou encore la responsabilité doivent être (re)visités et (re)pensés à l’aune de ces grands changements de société.

Historique

Constitué au milieu des années 1990, le GRDP a d’abord regroupé des professeurs de l’Université du Québec à Montréal engagés dans une approche sociale du droit, proposant une réflexion sur les enjeux juridiques et sociaux soulevés par des problématiques actuelles du droit privé.

Accès à la justice, modèles de conjugalité et de parentalité, protection des consommateurs, transferts de droits ou responsabilité médicale sans faute, ont fait l'objet de conférences et de publications.
Depuis 2010, le GRDP est dirigé par Gaële Gidrol-Mistral, professeure au Département des sciences juridiques de l’UQÀM et regroupe des chercheurs provenant d’horizons plus divers. Le GRDP souhaite associer à cette approche sociale, une approche épistémologique et conceptuelle permettant de saisir les relations entre changements de société et (r)évolution du droit privé.

Cycle de conférences.

Le GRDP organise annuellement des conférences qui accueillent des chercheurs de renoms provenant des diverses universités québécoises, canadiennes et européennes. Ces conférences sont l’occasion d’aborder des thématiques d’actualité qui soulèvent des enjeux à la fois sociaux et juridiques.

Femmes-porteuses et filiation, cadavres, volontés posthumes, fonction sociale des biens et de la propriété, traditions juridiques, principes généraux du droit, la marchandisation autant de thème abordés ces dernières années.

Ces conférences assurent une formation de qualité dont les membres du Barreau et de la Chambre des Notaires peuvent bénéficer gratuitement.

Outres les conférences, le GRDP anime des cercles de lecture, des ateliers de réflexions et accueille des chercheurs étrangers..

En savoir plus

ACTUALITÉS Toutes les actualités

  • La mort d’un oxymore : la propriété collective

    Chercheur(e) :
    Gaële Gidrol-Mistral
    Date de l'événement : 5 novembre 2021
    Lieu : Conférence zoom
    Voir l'actualité

    Dans le cadre du cycle 2020-2022 des Ateliers de droit civil, ayant pour thème « Déconfiner le droit privé », organisé par le Centre Paul-André Crépeau de droit privé et comparé et le Groupe de recherche sur les humanités juridiques, la professeure Gaële Gidrol-Mistral (Université du Québec à Montréal) présentera une conférence intitulée « La mort d’un oxymore : la propriété collective » vendredi le 5 novembre 2021 à 13:00.

     

    La mort d’un oxymore : la propriété collective

    Sous l’effet de la montée des impératifs collectifs et de la prise en considération d’intérêts altruistes, l’idée d’une propriété collective en droit civil se trouve ravivée au fil des tentatives d’éclatement du dogme individualiste de la propriété privée et de la remise en cause de son caractère fondamentalement égoïste.

    Pour autant, la propriété collective peine à s’imposer dans l’imaginaire civiliste: tantôt qualifiée de surannée, tantôt phagocytée par la propriété individuelle, son caractère plurivoque entraîne une certaine polysémie qui rend difficile l’appréhension de ce phénomène juridique.

    Ce n’est qu’en disant les mots et en explorant ses représentations conceptuelles que l’imaginaire réel de la propriété collective pourra être esquissé.

     

    INSCRIPTION REQUISE par courriel à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Ce cycle est coparrainé par Le Groupe de recherche sur les humanités juridiques

Les chercheuse.eurs du GRDP

Gaële Gidrol-Mistral

Gaële Gidrol-Mistral

Gaële Gidrol-Mistral est professeuse au Département des sciences juridiques de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM. Elle est également directrice du Groupe de réflexion en droit privé (GRDP) et chercheuse dans le Groupe de recherche sur les humanités juridiques.

Voir le profil

Alexandra Popovici

Alexandra Popovici

Alexandra Popovici est professeuse agrégée à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Elle s’intéresse aux institutions fondamentales du droit privé dans une perspective critique et comparée.

Voir le profil

Mariève Lacroix

Mariève Lacroix

Ciblées essentiellement sur la personne humaine dans une perspective de droit privé et comparé, ses recherches sondent les particules d’existence juridique de la personne au regard de sa responsabilité civile, de ses droits fondamentaux et du statut juridique du corps, notamment au moment du décès.

Voir le profil

Anne-Sophie Hulin

Anne-Sophie Hulin

Ses recherches doctorales l’ont conduite à s’intéresser aux actes et institutions juridiques porteuses d’intérêt général en droit privé.

Voir le profil

Mélanie Clément-Fontaine

Mélanie Clément-Fontaine

Mélanie Clément-Fontaine est professeure de droit à L’Université Paris-Saclay (UVSQ), et elle anime l’axe propriété intellectuelle et droit du numérique du laboratoire de droit des affaires et des nouvelles technologies (DANTE).

Voir le profil

Flora Vern

Flora Vern

Flora Vern est enseignant–chercheur à l'Université catholique de Lyon et chercheur associé au Centre Antoine Favre de l'Université de Savoie Mont-Blanc.

Voir le profil

Michel Boudot

Michel Boudot

Professeur de droit privé et vice-doyen en charge des relations internationales à la Faculté de droit et des sciences sociales de l'Université de Poitiers.

Voir le profil

Anne Saris †

Anne Saris †

Elle s'intéresse aux phénomènes d'internormativité et aux questions touchant aux fondements du droit, notamment en matière du droit des personnes et de la famille.

Voir le profil

Régine Tremblay

Régine Tremblay

Régine s’intéresse à l’encadrement des relations d’interdépendance entre adultes, et entre adultes et enfants. Ses recherches portent entre autres sur les transformations du droit de la famille, sur l’accès à la justice et sur la réforme du droit (histoire et droit comparé)

Voir le profil

Édith Guilhermont

Édith Guilhermont

Édith Guilhermont interroge la notion de doctrine juridique, sa composition, ses productions, ses fonctions et son renouvellement grâce au phénomène du blogging juridique, ainsi que les conditions de transposition du concept hérité du droit français en droit privé québécois.

Voir le profil

Mathieu Devinat

Mathieu Devinat

Ses travaux de recherche portent sur la méthodologie juridique, le droit comparé, la jurilinguistique et le droit des biens québécois. Plus récemment, Mathieu Devinat s’est engagé dans des travaux exploratoires sur la narration judiciaire et le droit comparé des biens.

Voir le profil

Alejandro Lorite Escorihuela

Alejandro Lorite Escorihuela

Ses recherches questionnent la gradation de la capacité et de la personnalité juridique des sujets contemporains du droit, et la fabrication des espaces d’exclusion par la catégorisation juridique dans le droit international et dans la théorisation des droits de la propriété.

Voir le profil

Martin Gallie

Martin Gallie

À partir d’une approche constructiviste structuraliste du droit et en prenant pour objet les réorganisations sociales du travail et de ses divisions (y compris sexuelle, raciale et internationale), le logement ou les politiques sociales, Martin Gallié s’intéresse aux contradictions entre le droit privé et les dispositions d’ordre public.

Voir le profil

Guillaume Laganière

Guillaume Laganière

Guillaume Laganière s'intéresse à tous les aspects du droit international privé, notamment aux conflits de lois, à la compétence internationale des tribunaux judiciaires et à la reconnaissance des jugements étrangers, particulièrement en matière civile et commerciale. 

Voir le profil

Patrick Forget

Patrick Forget

Par ses travaux, Patrick Forget interroge les concepts fondamentaux du droit et les sens qui leur sont donnés à partir d’outils fournis par la linguistique et la terminologie. 

Voir le profil

Les jeunes chercheuse.eurs du GRDP

Laura Cardenas

Laura Cardenas

Laura est étudiante au barreau et future stagiaire auprès de DLA Piper (2019) et de la Cour suprême du Canada (2019-2020).

Voir le profil

Sophie Clément

Sophie Clément

Sophie est étudiante au baccalauréat en droit ainsi qu’au DESS en Common Law et droit transnational à l’Université de Sherbrooke.

Voir le profil

Véronique Faucher-Lefebvre

Véronique Faucher-Lefebvre

Véronique est actuellement étudiante à la maîtrise en droit civil à l’Université de Montréal.

Voir le profil

Jessica Leblanc

Jessica Leblanc

Jessica Leblanc s’intéresse à la mise en œuvre de projets collectifs à travers des outils juridiques de droit privé et aux transformations de la propriété sous l’effet des contraintes sociales et environnementales.

Voir le profil

Michaël Lessard

Michaël Lessard

Ses recherches portent principalement sur le traitement du corps et de l'identité des personnes juridiques (principalement les personnes décédées) ainsi que sur le sexisme dans la langue juridique.

Voir le profil

Simon Saint-Onge

Simon Saint-Onge

Issu d’une formation pluridisciplinaire, Simon Saint-Onge est actuellement étudiant au doctorat en droit à l’Université d'Ottawa sous la direction d'André Bélanger. Ses recherches portent, entre autres, sur le droit contractuel, comme en témoigne l'intitulé provisoire de son projet de thèse « Du contrat et de l'insurrection de la volonté ».

Voir le profil

Stella Warnier

Stella Warnier

Stella Warnier est actuellement étudiante au baccalauréat en droit à l'Université du Québec à Montréal.

Voir le profil